L’automate qui nous mâte

Aujourd’hui, nous avons l’habitude que tout nous réponde au doigt et à l’œil. Surtout au doigt si l’on considère la place qu’a pris le tactile dans la technologie moderne. Mais heureusement, dans ce monde trop parfait, un appareil sait encore nous rappeler le bon vieux temps. Il nous rend humble, nous apprend la patience, nous enseigne des cours de zen pour quelques euros. Oui, chantons les louanges de ce bienfait de la technologie moderne à l’ancienne : le distributeur automatique.

Alors que l’homme sait désormais communiquer en direct d’un bout à l’autre de la planète, alors que l’on sait envoyer des navettes et fusées dans l’espace, le Distributeur est comme un vieux sage qui regarde le monde et se refuse à le suivre dans sa course folle. Depuis plus de 30 ans, l’appareil a tout juste consenti à accepter les euros, mais pour le reste il tient à faire honneur à ses ancêtres. Vous commandez un café ? Il vous offre un gobelet avec du sucre. Vous désirez ce paquet de biscuit affiché à 1€ ? Il est d’accord mais contre 2€ uniquement. Vous voulez lui résister et récupérer votre pièce ? Le bouton de remboursement ne répond pas. A chaque jour son enseignement .

Telle une divinité l’appareil reste sourd aux lamentations des hommes et fera d’eux et de leur monnaie durement gagné ce qu’il désire. Comment le nommer ? Chacun lui attribuera le patronyme qu’il veut. Pour ma part, je l’appelle Selecta, et il hante les couloirs des bureaux et les quais des gares que je fréquente.

On peut cependant se demander si l’obsession de ces appareils à nous résister ne cache pas un lourd secret. Peut-être vivons-nous en fait dans un univers de science-fiction, et tout comme dans Matrix ou Terminator, ces engins complotent et préparent leur heure. Avec l’argent qu’ils ont gardé sans rien distribuer vont-ils pouvoir renverser notre univers financier en faisant des OPA sauvages, et ainsi prendre le pouvoir ? Vont-ils nous enfouir sous les litres de café non distribués ? Tout est possible alors soyons vigilant : la prochaine fois qu’un distributeur ne fera pas ce pour quoi il a été conçu, murmurez-lui au creux de l’oreille qu’avec un bon tournevis il ne vous résistera pas longtemps. La guerre psychologique avec les machines est déclarée !

Categories: Article, Autre

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*