Essai « resto » : Amorino (test sur Paris)

Amorino, le spécialiste de la glace italienne, reste ouvert en hiver. Il faut alors bien satisfaire les corps grelottant qui viennent chercher un peu de chaleur dans des boutiques à l’abri des frimas. Pour ce faire, la chaîne vous propose de vous réchauffer à grands coups de chocolats. Chaud à boire ou fondu sur des gaufres.

Tout d’abord, le côté pléthorique de la carte surprend. Pas moins de dix variétés de chocolat chaud (qu’il soit blanc, noir, parfumé…) et une flopée d’accompagnement pour les gaufres, allant du chocolat à la confiture en passant par l’éternelle chantilly. Histoire de varier les plaisirs, nous nous laissons tenter par une gaufre au gianduja fondu et un chocolat chaud noir-café.

La gaufre se révèle croustillante et moelleuse comme il se doit. La dose de gianduja fondu est juste calculée : c’est-à-dire suffisamment chargée pour déceler toutes les saveurs et suffisamment modérée pour pas que l’ensemble coule sur votre chemise lors de la dégustation. Si la gaufre présente une consistance idéale, il en va de même pour le gianduja. Ce genre de préparation se distingue habituellement par son onctuosité. Même fondu sur notre gaufre Amorino, le gianduja conservait son goût typique et sa richesse.

Jusqu’ici, le chocolat chaud était resté un peu de côté. Son aspect fumant laissait craindre la brûlure après quelques minutes fumantes, il se laisse apprivoiser. Avez-vos déjà commandé un chocolat chaud dans un bar parisien ? Vous aurez toutes les chances de tomber sur une dilution de poudre fadasse. Ici, c’est tout l’inverse. On retrouve un vrai chocolat chaud consistant. Epais au point que les dernières gouttes refusent de couler, il faut les achever à la cuillère. Corsé à souhait, notre chocolat noir se marie à merveille au café qui le teinte, une fois encore à juste dose.

Sur la qualité de ses douceurs chocolatées, Amorino réalise un quasi sans-faute. Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, tout ceci ne coûte qu’un peu plus cher que dans un café traditionnel : 4,50 € pour le chocolat chaud et 3,50 € pour la gaufre.

Crédits photos : Nicolas Meunier / frigoandco

Informations pratiques :
Site officiel Amorino
-Autres prix indicatifs : gaufre au sucre (2€60), gaufre à la glace (4€80), gaufre à la confiture d’abricots ou de friases des bois bio (3€10)
-Plusieurs adresses. Test effectué à Amorino – 4 rue de la Roquette – 75011 Paris

Categories: restaurant

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*