Quick n’Bistrot: pourquoi faire compliqué?

0315_Burger_QuickNBistrot_7Midi, La Défense : le lieu est devenu un endroit où le burger est roi avec pas moins de 3 MacDo, un Quick à deux étages, et depuis peu Factory & Co dont la file d’attente peut faire pâlir ses concurrents. L’enseigne franco-belge mitoyenne affiche d’ailleurs ce jour une affluence bien modeste. Pourtant la carte propose une nouveauté intéressante avec un menu « bistronomique ».

Numéro 2 sur le territoire, Quick se voit aujourd’hui attaqué de toutes parts avec l’arrivée de concurrents comme Burger King, Big Fernand, ou Factory & Co déjà cité précédemment. Si en nombre de points de vente, tous sont loin derrière, les ambitions sont grandes et la qualité est devenue un axe de communication majeur. Quick avait déjà du mal à résister à MacDo sur ce terrain, il était donc grand temps de se sortir les doigts pour réagir. La contre attaque joue donc la carte de l’image « bistrot ». Ça a déjà été dit ici même, mais une enseigne franco-belge devrait offrir le meilleur de la viande et des frites sur ce créneau.

0315_Burger_QuickNBistrot_2

« Bistro » ou « Bistrot », cela a surement été un grand brainstroming chez Quick qui a opté pour la version « t » moins usitée. Cela reste  un détail. Pour l’occasion, l’enseigne propose donc deux nouveautés : le Quick n’Bistrot steak-frites, ou poulet-frites. L’idée est de revisiter ces classiques des resto-routes dans un burger, tout en créant une ambiance « à la française ».

Pour l’esprit « tradition », Quick fait appel à des boites et des serviettes reprenant le dessin « Vichy » rouge et blanc si cher (encore aujourd’hui) à bien des établissements. La carte de l’humour est aussi jouée avec des mentions « c’est pas un burger d’américain » ou « Il y a des traditions qui se perdent. On appelle ça des miettes » : des vannes plutôt bien trouvées.

0315_Burger_QuickNBistrot_1

L’emballage étant réussi, reste à voir la recette. Pour revisiter les classiques, le principe des Quick n’Chips est repris avec de fines frites allumettes insérées dans le burger. La version au bœuf propose en plus du steak une tranche d’emmental, et une sauce au poivre, le tout dans un buns façon pain traditionnel « bien d’chez nous ».

Ce pain est d’ailleurs beau et bon, en évitant d’être totalement mou. Au goût l’ensemble fonctionne d’ailleurs bien, avec une mention particulière pour la sauce au poivre qui relève le tout juste comme il faut. La viande est d’une qualité correcte pour une enseigne de fast-food, en évitant même le petit mal d’estomac si caractéristique en milieu d’après-midi après un déjeuner chez MacDo ou Quick. Les frites allumettes sont par contre sans intérêt ni en texture, ni au goût.

Car au final, tout ce que l’on demande à ce burger, c’est d’être simple et bon ! Sans la fioriture de cet ajout de frites, la nouveauté de Quick atteint son objectif. Pour tout dire, depuis le Quick n’Toast, on n’avait pas vu un produit aussi réussi chez Quick. Si la marque se concentre sur la qualité, elle pourra marquer des points, et peut-être retrouver son slogan « nous, c’est le goût » qui devrait être marqué en lettres de feu à l’entrée du siège social. En attendant, une chose est sûre, la concurrence leur fait du bien !

A noter que cette opération « bistronomique » met aussi à l’honneur des bouchées au fromage (St Moret / Chavroux / Tartare), et un crumble pomme / crème glacée.

0315_Burger_QuickNBistrot_7 0315_Burger_QuickNBistrot_6 0315_Burger_QuickNBistrot_5 0315_Burger_QuickNBistrot_4 0315_Burger_QuickNBistrot_3

 

Categories: Article
Tags: burger, quick