Quand les sushis viennent à nous

Les français et les sushis ou autres makis, c’est une vieille histoire d’amour. Comme souvent, nous avons été un pays porteur du développement de cette tendance bien loin du marché nippon, où la culture du bout de poisson frais sur une boulette de riz est reine. Il faut dire que c’est goûtu, sain, et pratique. Et avec le développement permanent de la livraison à domicile, le met reste un petit favori des soirées entre amis ou en couple.

Le goût, encore le goût !

Cependant au pays du bon goût, nous sommes exigeants ! Il faut régulièrement surprendre notre palais. Le marché du sushi a donc dû évoluer sur deux aspects. D’un côté, il y a justement les saveurs. Les cartes doivent changer en permanence et proposer de nouvelles saveurs. Un bon exemple dont on avait déjà parlé concerne l’enseigne Côté Sushi, qui met en avant la cuisine dite « Nikkei ». C’est la rencontre de deux types de cuisine qui s’opère, avec la tradition japonaise qui rencontre les saveurs du Pérou, qui jouent sur l’exotisme. Les variations sont nombreuses et vont du sushi saumon classique se parant en plus d’une sauce « spicy », à des makis thon / crevette / manioc à la présentation très « samba » : charmer l’oeil et la langue est primordial !

Des sushis frais, au plus près

Mais pour réussir cette conquête, encore faut-il un réseau de distribution efficace. Et en cela il faut l’avouer : Paris n’est plus l’unique capitale du sushi ! Car oui, il y a encore peu, les enseignes étaient frileuses de partir à la conquête de la France (et du monde). Par contre bien au chaud, le parisien pouvait déguster son bento à volonté. Désormais, de nombreuses villes permettent à tous de succomber aux charmes de ces mets (voir ici). L’enseigne citée précédemment vient par exemple d’ouvrir un Côté Sushi Le Raincy, commune d’approximativement 15 000 habitants. Plus la peine de prier pour qu’une zone de livraison ne s’arrête pas à deux pas de votre rue. Non, le sushi viendra désormais à vous quoi qu’il advienne ! Après Bordeaux, Marseille, ou Metz, ce développement touchant tout le monde fait plaisir à voir.

Makis, mes amis

On a parfois cru (tel le poisson) que le sushi allait se faire dévorer par l’univers du burger. Mais aujourd’hui on voit que tout ce petit monde cohabite bien, et que tout est fait pour plaire au consommateur français qui, loin d‘être chauvin, aime toutes les cuisines du monde. Et la cuisine japonaise est tellement bonne qu’on espère continuer à la découvrir encore longtemps, et de plus en plus facilement !

Categories: Article
Tags: maki sushi

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*