Rencontre avec Matthieu Otto (Bocuse d’Or France 2017)

Le Bocuse d’Or est un « Graal » pour les Chefs. Peut-être est-ce la principale compétition internationale, dont le 1er prix est avant tout la reconnaissance d’un savoir faire et d’un travail de longue haleine. Et comme chaque année, la France est attendue au tournant ! Notre longue histoire d’amour avec la gastronomie y  pèse de tout son poids.

Cette année, Matthieu Otto est sous le feu des projecteurs. Après avoir remporté le Bocuse d’Or France le 27 septembre 2017, il a la charge de représenter le pays pour la sélection Europe (les 11 et 12 juin 2018 à Turin) avant la finale qui se déroulera à Lyon en janvier 2019.

Sous la présidence de François Adamski (Bocuse d’Or 2001 et Meilleur Ouvrier de France), la Team Bocuse d’Or se compose, en plus de Matthieu Otto, du Chef étoilé (et Meilleur Ouvrier de FranceRomuald Fassenet en tant que coach, de Yohann Chapuis en coach adjoint, et de Louis de Vicari qui sera le commis lors des épreuves. Et tous ensemble, dès aujourd’hui, ils travaillent quotidiennement pour préparer les épreuves à venir.

Nous avons eu la chance de rencontrer Matthieu Otto. L’occasion de parler de sa passion pour la gastronomie, et de connaître son petit « truc » pour réussir un des plats qui a accompagné sa jeunesse : le baeckeoffe !

Si vous voulez en savoir plus sur Jessica Lejeune, vous pouvez lire l’article suivant : Le maraîchage bio avec passion.

Matthieu Otto dispose pour sa part d’une page Facebook officielle, permettant de suivre l’avancée de la compétition et de voir que le sérieux est de rigueur dès à présent !

Bio de Matthieu Otto :

C’est comme Sous-Chef de Stephan Schneider à l’Auberge Saint-Walfrid, restaurant étoilé de Sarreguemines que Matthieu Otto officie depuis 7 ans. Originaire de Moselle et précédemment passé par les cuisines du Ritz de Paris avec Michel Roth, il n’est pas un novice dans la catégorie des concours de cuisine. Après le Prix Taittinger, le Trophée Paul Haeberlin et le Trophée Henry Huck, il se lance désormais le défi d’atteindre la finale de la compétition suprême, le Bocuse d’Or.

Le jeune cuisinier se définit comme « créatif et passionné » et se donne l’ambition, à travers ses réalisations de « voyager dans le temps ». Chez lui en effet, les souvenirs d’enfance aux goûts de légumes du potager de son grand-père doivent savoir s’allier avec harmonie aux techniques d’excellence qu’il a su acquérir tout au long de son parcours.

Les membres du jury du Bocuse d’Or France ont déjà distingué chez Matthieu une dose d’affectif remarquable qu’il sait apporter à ses préparations. Déterminé à s’entrainer « jour et nuit, dur et intelligemment », il représente aujourd’hui un des plus beaux espoirs de la gastronomie française, capable d’allier le savoir- faire à l’émotion et créer le souvenir des plus grands plats.

Categories: Article, vidéo
Tags: Interview, vidéo

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*