Fromage et café, l’accord parfait?

En France, on aime bien finir un repas par un bout de fromage, puis un bon café. J’ai bien dit “puis” et pas “avec”. L’association des deux ne nous vient pas spécialement à l’esprit, sauf à imaginer une tartine de camembert à tremper dans un grand bol de jus de chaussette, en étant perdu dans un coin où le moindre réseau GSM n’a jamais émis une once d’onde.

STOP ! Non, on va parler de bon fromage, et de bon café, grâce à une expérience à laquelle nous a convié la marque Malongo. Une marque que j’affectionne qui plus est particulièrement, puisque elle vient de Nice, tout comme moi ! Et en toute sincérité, je trouve qu’ils ont un café de bonne qualité, que j’apprécie de prendre (entre autres) dans la boutique de Jean Médecin.

Retour à Paris…mais nous allons voyager tout de même. L’époque du “il est bon mon café” pur Colombie est révolue, désormais l’espresso vient du monde entier, avec des saveurs variées, ce qui permet justement de faire des associations. Et puisque j’ai pris l’exemple du Dieu Camembert précédemment, voyons quelle association faire avec ce fromage. Le camembert a un goût de terroir, très marqué et assez fort en bouche, le café doit donc réussir à lui tenir tête. L’expert Malongo nous a conseillé un café provenant d’Inde, le Malabar moussonné, qui a une saveur corsée, des notes de terre, et une importante longueur en bouche. De quoi supporter la puissance du camembert.

Poursuivons le voyage dans nos contrées avec un autre fromage qui va diviser au sein même de la France par sa saveur marquée qui ne plaira pas à tout le monde, le maroilles! Son goût prononcé va ici se marier avec des saveurs plus fruitées, et c’est un café Rwanda Nyamwenda qui est conseillé. Ses  notes de fruits rouges et d’agrumes vont apporter une touche de douceur à ce goût puissant, pour le compléter sans perdre pour autant la touche d’acidité de ce café.

On part maintenant dans le Pays Basque avec une autre fromage que j’affectionne : l’Ossau Iraty. Bien que sont goût de terroir soit incontestable, je le trouve doux et subtil. Alors, quel café nous conseille l’expert? Un provenant du Burundi, qui va privilégier l’aromatique à la force, avec des notes vertes selon la période de récolte. Un bel équilibre, fin, qui correspond bien à ce fromage.

Retour dans les alpages, à la frontière de la Suisse, avec le beaufort. Ce fromage au lait cru de vache change radicalement de goût selon sa période de production, avec la fraicheur d’une herbe des pâturages ou la force du foin selon les saisons. On pourrait sans aucun doute varier le café entre ces deux versions, mais nous resterons ici sur un cru Malongo provenant du Honduras. C’est justement un café fruité, rond, qui complète bien le gras et la saveur d’herbe du beaufort.

Je préfère vous parler uniquement de mes fromages préférés. Rien que d’écrire, j’ai le goût en bouche…et l’envie d’un café. Cependant vous trouverez ci-dessous la liste des accords que Malongo nous a conseillé :
-Roquefort: café Brésil Sul de Minas (notes aromatiques de fruits secs)
-Ossau-Iraty: café Burundi Kirimiro (commerce équitable -notes aromatiques boisées, fruitées, et parfois animales)
-Camembert: café Malabar moussonné (notes aromatiques de réglisse, épicé et fumé)
-Maroilles: café Rwanda Nyamwenda (notes aromatiques de fruits rouges et d’agrumes)
-Pont L’Evêque: café Congo Lac Kivu (notes aromatiques parfumées – florales, fruitées et d’agrumes)
-Charolais: café Blue Mountain de Jamaïque (notes aromatiques miellées, boisées, subtil arôme floral)
-Beaufort: café Honduras (notes aromatiques fruités)

Et vous, café ET fromage, qu’en pensez-vous?

Photos : ©Virginie Garnier, et frigoandco.com Kimiko T.

Categories: Article
Tags: café, fromage

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*