Le drame des (glaces) siamoises orphelines

Quand l’été approche, un drame se noue dans nombre de foyers et dans leurs congélateurs. Ignorées des grands médias, jamais à la une du moindre journal, sans aucune association pour les défendre, elles sont pourtant là, attendant un peu d’amour de la part de leur propriétaire. Mais elles restent abandonnées, esseulées, et finissent pas fondre en larmes de lait. Elles, se sont les glaces au chocolat blanc des packs « familial ».Car reconnaissons le enfin, quelles sont les deux dernières glaces restantes du fameux pack 8 glaces multi-parfums (chocolat noir, chocolat noir double, chocolat noir éclats de noisette…) ? Oui, c’est le duo de glace au chocolat blanc, qui n’arriveraient même pas à concurrencer une boule à la saveur vanille. A elles deux, elles peuvent troubler la quiétude d’un foyer : il faut réussir à les laisser au conjoint (ou pire, aux amis de passage) sans se faire remarquer. Cela est plus vicieux qu’une épreuve de Fort Boyard, plus complexe qu’un casse tête chinois, et demande des nerfs d’acier pour ne pas soi-même se faire piéger…

Mais pourquoi cette obstination à cacher des glaces au chocolat blanc dans ces paquets au noir chatoyant? Il ne reste pourtant pas de vieux stocks à passer! En plus cela retarde l’acquisition salutaire du paquet suivant, qui ne saurait prendre la place encore chaude (ou froide) du précédent. Et ce dernier fait donc de la résistance jusqu’à ce que quelqu’un se dévoue, ou qu’une étrange panne d’électricité ne pousse le paquet hors du congélateur.

Alors disons oui aux packs de chocolat blanc x8 qui sauront trouver des foyers d’adoption les aimant tout de même! Mais surtout, inscrivons en lettres de cacao dans un marbre de chocolat craquant qu’une bonne barquette de glaces au chocolat noir uniquement, cela devrait être imposé pour la bonne entente avec tous nos congélateurs.

Et vous, niveau parfums...

View Results

Loading ... Loading ...
Categories: Autre

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*