Test des menus « Jean Imbert » et « Tradition » Air France

J’adore l’avion, de préférence du côté du hublot. Le nez tourné vers l’extérieur, je regarde passer les paysages toujours avec le même plaisir. Mais en plus, j’aime faire de mon siège un endroit d’où je peux boire un verre tout en ayant la plus belle des vitrines à regarder. J’ai donc profité d’un long voyage sur AirFrance pour pousser un peu plus loin l’expérience, et quitter le plateau repas de base pour tester des menus en option. La compagnie offre plusieurs choix. Pour l’aller, j’ai choisi le menu Jean Imbert.

Vidéo du test

Jean Imbert est encore jeune, et a développé sa notoriété auprès du grand public grâce à l’émission Top Chef. A Paris, on le connait aussi pour avoir ouvert le restaurant « Les bols de Jean » qui me donne régulièrement envie, sans encore avoir eu l’occasion d’en pousser la porte. Quoi qu’il en soit, son talent est suffisamment reconnu pour que Air France associe son image à son nom, et vice-versa. Un effet « notoriété » qui marchera surement plus facilement auprès des voyageurs français que des étrangers.

Commandé à l’avance sur Internet, ce menu est une option à 21€ et se compose d’un caviar d’aubergine aux épices douces et tomates cerises rôties en entrée, d’une pintade avec son risotto d’épeautre bio et courgettes au curry en plat, d’Ossau Iraty avec confiture artisanale de cerises noires en fromage, et enfin d’un tiramisu fruits rouges en dessert.

Le service à bord commence comme pour tous les passagers, avec des biscuits apéritifs et un verre au choix, qui sera pour ma part du champagne. Je suis en Economy, c’est de l’entrée de gamme, mais le geste reste appréciable.

Puis on m’apporte le plateau repas avant les autres passagers. Cela doit surprendre mes voisins et pourrait presque me gêner un peu (si je n’avais pas très faim). Cependant quelque chose me dérange : il n’y a rien à boire ! Je sais que lors de la distribution des plateaux il y aura un service boisson, j’hésite à commencer ou attendre un peu, puis je me dis que je vais commencer.

Le thème du repas est sur les produits du marché et commence par le caviar d’aubergine. Je suis surpris par la qualité des produits, très gouteux, et avec une texture juste ferme comme il faut. Une entrée en matière réussie !

Le plat est simple en apparence. Mais la peau de la pintade se détache bien, et de nouveau même constat que précédemment avec une cuisson réussie et une très bonne texture. Un vrai moment de détente gustative en plein ciel ! Par contre…personne d’autres n’est servi (40mn écoulée depuis l’arrivée de mon plateau), et absolument aucune boisson en vue.

Le repas se conclu par le fromage bien affiné, il fait bonne équipe avec le pain, mais se mêle moyennement avec la confiture (Oh, les boissons arrivent enfin!), et le tiramisu en dessert est fondant à souhait, avec une forme un peu surprenante.

Faisons un saut dans le temps, et retrouvons-nous 10 jours plus tard sur le vol retour avec cette fois un menu « Tradition ». Je l’ai choisi pour me remettre dans l’esprit du pays :-)

Ce menu est cette fois à 18€ et comprend en entrée une terrine de foie gras sur toast et magret, en plat un confit de canard avec pommes de terre aux oignons caramélisés et tomates provençales gratinées, puis en fromage du camembert, et enfin pour dessert une tartelette amandine.

L’entrée est agréable, mais j’aurai préféré un menu un peu plus cher et éviter le magret en échange d’une vraie tranche de foie gras. La terrine manque un peu de personnalité, et au final ne représente que partiellement l’aspect « tradition » du menu.

Pour le confit de canard, même constat au retour qu’à l’aller avec une bonne maîtrise de la cuisson pour le plat : c’est en avion comme au restaurant ! Les accompagnement sont bons avec de jolies tomates provençales et des pommes de terre qui ne sont certes pas croustillantes, mais de bonnes tenue.

Pour le fromage, le camembert était forcément le choix emblématique de la France ! Il a ici une meilleure allure que le Président sous plastique habituellement servi. Alors il n’est pas fait à coeur et je pense que c’est mieux pour respecter l’odorat de tous, mais il rappelle déjà le bon goût du pays.

On termine par la tartelette amandine dont la pâte friable à un petit aspect « fait maison » assez convaincant. Le goût est correct sans pour autant nous emporter en enfance.

Ce menu Tradition a donc des saveurs de France, mais ne pas pas au bout des choses. Un menu un peu plus cher et plus proche du terroir serait sans doute une bonne chose. Comparé au menu « Jean Imbert », il est bon sans en atteindre la qualité.

A noter que ce vol retour était un très gros cran au dessus du vol aller : boissons servies régulièrement et glace pour se rafraîchir, ce qui était totalement absent à l’aller

En conclusion, ces menus représentent de bons repas et…un bon investissement. Je ne regrette pas d’avoir pris l’option, et le travail de Jean Imbert avec Servair fonctionne parfaitement. Pour tout dire, sur un vol aussi long (11H), ce type de repas devrait être servir par défaut. Le plateau de base ne fait vraiment pas envie pour un billet souvent acheté au prix fort. C’est bien sûr une question de priorité, mais pour ma part ça sera un choix obligatoire sur un nouveau vol de ce type !

Categories: Article
Tags: test

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*