La Pizza et la Camaro

0809_CamaroPizza« Il était une fois une Chevy Camaro Z28 de 1971 qui était tombé amoureuse d’une pizza ». Bon, il faut avouer en terme de fable, il y a mieux pour débuter une histoire. Et pourtant, c’est d’une certaine façon comme cela qu’a commencé le succès de Papa John’s Pizza, une franchise très développée de pizzas à emporter sur le territoire US, au point d’être n°3 du marché derrière Pizza Hut et Domino’s Pizza. En 1983 , le fondateur du groupe (John Schnatter) avait en effet besoin d’argent et vendit pour cela sa Camaro pour la somme de 1600$. Une somme qui allait lui permettre de sauver l’entreprise familiale et de la développer en ce qu’elle est actuellement.Mais voila, le succès arrivé, il y eu l’envie de retrouver cette Camaro à laquelle il devait beaucoup. Pour motiver les troupes, une récompense fut promise de 25.000$, puis de 250.000$. De quoi se faire une indigestion de pizzas! Et bien le grand jour est enfin arrivée, puisqu’en partie grâce à la magie du net le contact a été renoué avec le fameux véhicule.
0809_CamaroPizza1Et en ce 26 Août, pour fêter le retour de la voiture prodigue, Papa John est généreux et offre une pizza à tous! Enfin, du moins à ceux qui possèdent également une Camaro, et qui peuvent passer aujourd’hui dans la chaîne de restauration retirer un carton contenant leur bien (et acheter un peu de Coca au passage, pourquoi pas). Bon, cela n’est valable que pour le territoire US où le soleil commence à poindre. Avec un bon avion, vous pouvez y être pour le repas du soir!

Et voila comment de l’amour d’une voiture et une pizza peut naître une chaîne de restauration. C’est beau, non? Reste qu’à ma connaissance Papa John n’est pas encore installé par chez nous. Tant pis, j’irai prendre ma pizza au camion. Il n’y aura pas de réduc, mais elle me semble bien meilleure!

Source :
leblogauto.com via Jalopnik
Site officiel de Papa John
Wikipedia

Categories: Actu, Article
Tags: papa john, pizza

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*