Les emballages qui nous emballent

En quelques années, la street food a énormément évolué. On est passé, dans la plupart des cas, du simple sandwich à une multitude de plats évolués. Aujourd’hui on veut pouvoir partir avec son burger, son fish and chips, ses sushis, son repas mitonné… et cela a changé nos habitudes de façon profonde, aussi bien du point de vue consommateur que commerçant.

Car qui dit « à emporter » dit « emballages », et il ne faut pas sous estimer l’importance de ceux-ci. Ils ont pour les clients une utilité pratique, mais aussi pour les magasins une valeur publicitaire ! En effet, supposons que vous achetiez des plats à emporter en sacs en papier kraft, il est probable que ceux-ci se parent du logo de l’établissement faisant un peu de vous (involontairement) un moyen de communication pour le restaurant. Pour les personnes voyant ce sac, il doit avoir une belle allure et donner envie d’aller visiter cet établissement, et pour vous il doit être pratique et agréable à porter : pas question de se tuer les mains avec des poignées de mauvaises qualités, ou de voir le contenu traverser le sac et se déverser sur le sol. C’est une partie de l’expérience client !

Bien sûr, l’enjeu est également très important pour le restaurateur. De son côté il y un coût à maîtriser, et la nécessité de contenter son client avec un emballage mettant en valeur le plat. Car en effet, préparer un bon repas est un chose (on part du principe que le repas sera bon hein, on ne parle que des établissements de qualité ici :-) ), mais l’expérience doit se poursuivre lors de la dégustation, et un plat mal adapté peut gâcher le plaisir. Aujourd’hui on ne se contente plus d’un simple papier autour d’un sandwich, et l’univers de l’emballage alimentaire s’est métamorphosé durant ces dernières années pour répondre à une offre de plats variés.

Des sushis? On a des baguettes ou des pics avec un emballage permettant souvent de voir les produits en transparence. Et en plus, ils y a plusieurs tailles pour que les produits restent bien l’un contre l’autre. Des verrines? C’est encore mieux que les Barbapapa, ils peuvent être ronds ou carrés, mais aussi en tuyaux biseautés, en bol, en tulipe…C’est pratique mais surtout, c’est joli ! Cela va dépendre des pays, mais en France on garde un certain attrait pour des présentations esthétiques de ce que l’on mange, même si il s’agit d’un repas que l’on va manger rapidement sur un banc.

De nouveaux emballages voient régulièrement le jour pour s’adapter aux nouveaux goûts. Actuellement la crêpe fait un retour fracassant sur le devant de la scène, avec des versions salées garnies. Si l’achat nous semble naturel, l’emballage pour ce type de produit n’existait pas il y a encore peu de temps. Le fourreau doit tenir au chaud, permettre de manger en marchant sans en mettre de partout (surtout sur la chemise). Ce produit est dérivé de ce qui se fait pour les wraps (comme chez McDonald’s par exemple). Et oui, encore un autre format. Il semble y en avoir autant qu’il y a de plat possible.

Et puis il y a un autre point crucial aujourd’hui, celui de l’écologie ! On doit être beau, mais également le moins polluant possible sous peine de donner une mauvaise image. L’empreinte écologique se doit d’être la plus faible possible, l’utilisation de matériaux recyclés doit être au centre de la création des emballages, et le recyclage doit être omniprésent. Hors de question de voir un sac vivre et se dégrader des années entières comme cela pouvait être le cas il y a encore une grosse dizaine d’années.

Le monde de l’emballage alimentaire est complexe ! Il est intéressant d’y penser lorsque l’on repart avec son plat, surtout dans un monde où nous sommes de plus en plus consommateur, avec pour autant de plus en plus d’envie d’écologie. Les deux univers doivent ne faire qu’un alors qu’ils semblent opposés à la base. Les professionnels de ce type de secteur évoluent dans le bon sens, et la recherche et développement proposent des innovations étonnantes. L’autre part du travail vient aussi du consommateur et de son « travail » de recyclage. En attendant, on vous souhaite un très bon appétit !

Categories: Article

Écrire un commentaire

Votre e-mail ne sera pas visible.
Les champs obligatoires sont marqués d'un astérix*